skip to Main Content
Comment Booster Sa Confiance à L’approche D’un Entretien ?

Comment booster sa confiance à l’approche d’un entretien ?

Il y a deux semaines j’ai rédigé un article proposant des méthodes permettant de mieux gérer le stress à l’approche d’un entretien d’embauche.

L’article que je te propose aujourd’hui s’inscrit dans la droite lignée du précédent puisque nous allons aborder quelques astuces pour faire preuve de plus de sérénité à l’approche d’un entretien. Ces articles sont ainsi très complémentaires et je t’encourage à les appliquer tous les 2. Winking smile

Alors bien entendu, la confiance en soi n’est pas quelque chose qui se “bricole” au dernier moment. Si tu penses qu’en travaillant ta respiration ou en te tenant droit devant le recruteur, tu vas passer d’un état de stress intense à un état de flegme absolu, je t’arrête de suite, ça ne fonctionne pas comme cela.

La confiance en soi est une compétence qui met du temps à s’acquérir. Toutefois le mécanisme est simple. Tu sors de ta zone de confort pour réaliser une action qui t’angoisse, tu réussis (ou si ce n’est pas le cas tu prends conscience qu’il n’y avait rien d’horrible à tenter le coup… Tu as toujours tes deux bras et tes deux jambes !), et la fois d’après, tu auras beaucoup moins de mal à réaliser à nouveau la même action.

De fil en aiguille, tu vas prendre conscience que tu es capable de réaliser des choses qui te paraissaient impossible auparavant et c’est ça qui va te donner confiance en toi !

J’explique tout cela en détail dans mon article “L’astuce ultime pour se démarquer des autres candidats en recherche d’emploi : Le charisme !”.

Pour ceux souhaitant réaliser un travail de fond sur eux-même afin de booster leur charisme et leur confiance en eux, pour performer sur la marché de l’emploi notamment, je te suggère de suivre les étapes indiquées à la fin de cet article : “Voici un guide pour mettre en application cet article”. Smile

Hormis ce travail long terme, qui est à mon sens indispensable, il existe également, à l’approche d’un entretien, de petites astuces qui te permettront d’accroître ton assurance. C’est ce qui est abordé aujourd’hui dans cet article.

La Power Posture

Très souvent, soigner sa communication non-verbale a pour objectif de faire une bonne impression auprès des autres. Le but est de véhiculer l’image d’une personne attractive, qui a confiance en elle. Toutefois, on oublie toujours qu’il existe une personne qui va profondément être affectée, en bien ou en mal par notre langage corporel… NOUS-MEME !

Et oui, je le répète souvent mais ton corps et son utilisation peuvent avoir un impact considérable sur ta vie et à moindre échelle, sur ta recherche d’emploi et tes entretiens !

En effet, nos émotions sont influencées par notre posture. Ceci a été prouvé scientifiquement par une psychologue social américaine Amy Cuddy. Pour plus de détails, je te renvoie à la conférence TED qu’elle a réalisée, qui est tout simplement saisissante. Elle a résumé ce concept par le terme “Power posture” ou “la pose de pouvoir”.

A quoi ressemble donc une power posture ? Il s’agit de te tenir bien droit, les jambes écartées (un peu plus que la largeur des épaules), les mains sur les hanches, le torse bombé, les épaules vers l’arrière.

A l’inverse, évite à tout prix de te recroqueviller sur toi-même, les épaules qui tombent vers l’avant, le dos arrondi.

En bref, voici ce qu’il faut faire :

confiance power posture

Et voici ce qu’il faut éviter :

confiance posture mauvaise

Les études qui ont été menées et qui sont présentées dans cette conférence sont les suivantes :

Amy Cuddy et ses équipes ont sélectionné un groupe de personnes s’apprêtant à réaliser un entretien d’embauche. Avant cela, ces personnes prennent, durant deux minutes, soit une pose de puissance (pour le premier groupe), soit une pose d’impuissance (pour le second groupe).

On ne leur donne aucune image de leur posture, afin qu’ils ne se sentent pas influencés et qu’ils ressentent par eux-même leur pouvoir.

Puis, ils vont réaliser l’entretien d’embauche, durant lequel ils sont enregistrés et durant lequel, le recruteur a pour consigne de ne donner aucun feedback non verbal.

Enfin, un groupe de “juges” va regarder les enregistrements sans avoir connaissance de qui a adopté quel type de posture avant l’entretien. Comme tu dois t’en douter, les personnes que ces juges embaucheraient sont les personnes ayant adopter la posture de puissance.

Les facteurs ayant permis d’aboutir à ces conclusions sont purement non-verbaux ! Il s’agit réellement de présence et d’énergie dont ont fait preuve les personnes du premier groupe.

Pour expliquer cela, jetons un œil à l’autre étude ayant été menée.

De la même manière, des personnes ont été sélectionnées afin de former deux groupes, le premier adoptant une posture de puissance durant deux minutes, le second une posture d’impuissance. La seule différence est que chaque personne a craché dans un flacon juste avant de réaliser ce travail.

A l’issue des deux minutes, les personnes crachent à nouveau dans un flacon.

Il est alors réalisé une étude hormonale.

Le test démontre qu’à l’issue de l’expérience, les personnes du premier groupe (pose de puissance) présentent une augmentation de 20% de leur taux de testostérone et une diminution de 25% du taux de cortisol. A l’inverse, les personnes du second groupe (pose d’impuissance) présentent une augmentation de 15% du taux de cortisol et une diminution de 10% du taux de testostérone.

La testostérone est l’hormone de la domination, que les puissants mâles alphas dans la hiérarchie des primates présentent notamment en grande quantité.

Le cortisol est elle l’hormone du stress. Les personnes “dominantes” présentent un faible taux de cortisol.

Que retenir de tout cela ? Adopter une posture de puissance va augmenter ton taux de testostérone et diminuer ton taux de cortisol, ce qui va tendre à diminuer ton stress pour laisser place à un sentiment de confiance. Pour un entretien, tu auras ainsi plus d’énergie et donc plus d’impact.

Essaie d’adopter une power posture durant une à deux minutes, avant l’entretien. Tu peux faire cela avant d’entrer dans les locaux de l’entreprise, dans les toilettes… Peu importe ! L’idée est que tu fasses le plein de testostérone avant de te présenter devant le recruteur. De cette manière, tu augmenteras tes chances de performer au cours de l’entretien. Winking smile

L’autosuggestion positive

Il existe aussi un très bon moyen d’apaiser les croyances limitantes avant un entretien, telles que “je ne vais pas y arriver”, “je ne suis pas assez compétent”, “je suis trop vieux”, “je ne suis pas assez ceci, pas assez cela”…

Bref, il existe de nombreuses sources de stress non fondées, pouvant nous paralyser et influencer négativement notre confiance.

Pour vaincre ces pensées, qui au final ne sont que des projections fictives dans le futur, il est judicieux de se forcer à penser différemment.

En effet, nos sens conditionnent notre subconscient, de la même manière que notre énergie conditionne notre corps. Si tu te nourris exclusivement de chips oignons et de pepsi, ton corps n’aura pas l’énergie nécessaire pour accomplir ses “missions” (sport, travail…).

C’est la même chose pour ton esprit. Si tu le nourris exclusivement de discours négatifs, ne compte pas sur lui pour t’aiguiller dans la bonne direction (ici le job de tes rêves).

Tu vas donc éviter cela et te forcer à penser positivement. Winking smile Comme je te l’ai dis, nos sens conditionnent notre subconscient. En répétant à maintes reprises des phrases positives tu vas donc configurer ton cerveau différemment.

Pour ma part, de nombreuses croyances limitantes et peurs peuvent avoir tendance à me freiner dans mes projets. Le soucis, c’est que si je ne fais rien, je laisse ces pensées raisonner dans ma tête et proliférer dans mon corps et comme un cancer, cela va avoir une influence négative sur mon organisme et mon énergie (stress, boule au ventre, sentiment d’inconfort…).

Il faut donc traiter le problème avant que celui-ci ne deviennent une croyance ancrée profondément en nous, qui a pour unique impact de nous plomber notre confiance en nous et de nous paralyser dans notre élan.

Nous allons prendre pour exemple une situation fréquente et voir comment, dans cette situation, mettre en application l’exercice que je réalise personnellement pour apaiser mes angoisses et inquiétudes.

Admettons que j’ai un entretien d’embauche à passer demain. Le job proposé m’attire énormément, c’est une véritable opportunité. Le problème c’est que je n’ai pas l’expérience requise, et seulement la moitié des compétences professionnelles et humaines que demande ce métier.

Si je me concentre sur ces facteurs, il est clair que je vais droit dans le mur. Je ne serai pas serein le jour J et cela va se ressentir au cours de l’entretien.

Ce que je vais faire c’est alors de me répéter en boucle des phrases comme : “Je suis parfaitement capable de manager une équipe puisque j’ai déjà eu à piloter des projets impliquant plusieurs personnes (dans ma vie professionnelle ou personnelle) et cela s’est bien passé puisque j’ai rencontré tel succès…”, “Si je n’avais pas les compétences requises, le recruteur ne m’aurait pas convoqué en entretien puisque de toute manière, il a lu mon CV. Il sait donc à quoi s’attendre…”, “J’ai déjà réalisé 3 entretiens et que s’est-il passé de très grave à leur issue ? RIEN ! La situation la plus grave est la suivante : je n’ai pas décroché le poste et j’ai beaucoup appris pour progresser la fois suivante… Alors pourquoi avoir peur ?!”

Répète ces phrases afin de désamorcer toutes tes inquiétudes et croyances limitantes. Cherche les éléments positifs qui vont te le permettre et répètes-les en boucle à voix haute, seul chez toi.

En même temps que tu fais cela, imagine-toi en entretien avoir une communication impactante et performer devant le recruteur. Imagine-toi le Happy-end ! Te représenter cela n’aura rien de rêveur puisque, en même temps, tu es entrain de répéter à voix haute les éléments qui justifient que ce rêve est tout à fait réaliste. Winking smile

Tu peux également suggérer à ton subconscient des idées et pensées positives vers lesquelles il doit s’orienter, par le biais d’un autre sens : la vue !

Pour cela, Tu vas écrire sur une feuille de papier toutes les choses positives en lien avec ton angoisse/croyance. Cela peut être par exemple, tout ce qui fera de toi un excellent candidat pour le poste que tu vises : “j’ai X années d’expérience”, “j’ai un excellent relationnel”, “je suis curieux”, “je maîtrise le logiciel X”…

Écris tous ces éléments et relis-les plusieurs fois. De cette manière, ton cerveau orientera tes pensées sur ces aspects positifs, ce qui aura évidemment un impact sur ton énergie et tes performances. Winking smile

N’oubliez pas que  ces astuces ne sont pas magiques et que rien ne remplace le passage à l’action ! En effet, trop tergiverser, trop chercher des méthodes alternatives pour booster sa confiance peut t’amener à procrastiner et à ne jamais te lancer.

Je te suggère donc d’entamer le travail long terme expliqué dans cet article sur le charisme, car c’est son application qui te permettra de bâtir dans la durée, une véritable confiance en toi.

Considére à l’inverse les astuces données dans le présent article comme des “stéroïdes” qui vont booster ta sérénité à l’approche d’un entretien, et donc tes performances durant celui-ci ! Winking smile

Je résume :

Adopte une power posture avant un entretien afin d’établir une configuration hormonale qui te permettra de faire preuve de plus d’énergie et d’impact durant ton échange avec le recruteur.

Pratique l’autosuggestion positive en utilisant tes sens pour “hacker” ton cerveau. Que ce soit à l’oral ou à l’écrit, nourris ton subconscient de données positives.

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top