Menu Fermer

Les 3 qualités à avoir lorsqu’on débarque dans le monde du travail !

Lorsqu’on débute notre vie professionnelle, il est difficile de mettre en avant un savoir-faire métier. C’est normal dans la mesure où en école ou durant nos études en général, on se consacre beaucoup à de la théorie mais on met finalement assez peu les “mains dans le plat”.

Comment faire alors pour performer sur le marché de l’emploi si on a peu de compétences métiers à faire valoir ? C’est la question que beaucoup de jeunes diplômés se posent. Et très souvent, cela constitue une peur, un complexe et peut provoquer un manque de confiance en soi.

Or cela ne devrait clairement pas arriver ! Au contraire, être jeune signifie représenter l’avenir et amener un second souffle. Les entreprises sont très sensibles à leur vision du futur. Si, à travers vous, ils peuvent se projeter, vous allez clairement marquer des points.

qualités

C’est la première chose importante à retenir : montrez que vous êtes une personne qui va accompagner l’entreprise dans son développement. Cela passe par le fait d’être positif, souriant, à l’aise avec les nouvelles technologies et l’informatique. Essayez aussi d’être compétent en langue étrangère, notamment si le job en question vous le demande.

Passons maintenant aux “qualités humaines” (ou soft-skills) qui, à mon sens, font d’un jeune qui débute, un élément de valeur, attirant les convoitises. Au travers de mes différentes expériences en tant que recruteur, candidat et jeune recruté, j’en ai repéré trois qui sont très appréciées par les recruteurs.

1 – La curiosité

Là on part vraiment de la base ! 🙂 Pas de négociations possibles ici ! Si certaines qualités comme l’aisance relationnelle ou la rigueur ne sont pas innées chez tout le monde, le fait de s’intéresser de manière active aux différents sujets doit concerner tout le monde.

Si vous ne manifestez aucune forme de curiosité sur ce qu’il se passe dans l’entreprise ni sur votre futur job, ce n’est pas la peine d’espérer quoi que ce soit. Imaginez que vous embauchiez un prestataire pour vous accompagner sur un projet quelconque. Si celui-ci ne pose pas de questions sur les tâches qu’il aura à accomplir et ne montre aucun intérêt pour vous ni pour votre projet, allez-vous l’embaucher ? La réponse est non.

Ainsi, je vous suggère de vraiment creuser au sujet de la société que vous visez, soyez incollable sur tous ce qui la touche de près ou de loin ! Soyez une “fouine” avant de vous présenter en entretien. Renseignez-vous sur sa taille, son chiffre d’affaires, ses succès probants, ses filiales, ses concurrents, ses produits, ses services… Pensez également à récolter des informations sur le recruteur (via LinkedIn par exemple).

Autre chose, montrez que vous vous projetez dans cette entreprise en vous renseignant en entretien (avec tact) sur les perspectives d’évolution au sein de celle-ci.

Je vous renvoie à l’article “quelles questions poser lors d’un entretien d’embauche ?” pour découvrir quelques exemples illustrant cela.

Le fait de faire preuve de curiosité sur ces différents aspects lors du processus de recrutement fera de vous un candidat intéressant, qui montre qu’il a vraiment envie de travailler pour l’entreprise et qui a pris du temps pour se renseigner sur celle-ci.

Une fois que vous serez embauché, je vous suggère de continuer à cultiver cet état d’esprit, pour vos premiers mois et même tout au long de votre carrière. Ayez envie d’apprendre, de progresser et de monter en compétences.

Vous allez ainsi compenser votre manque de compétences et d’expérience par un fort intérêt pour le métier. Tout le monde a appris un jour ! Encore faut-il avoir envie d’apprendre, vraiment envie. C’est votre obsession pour la compréhension du sujet qui fera la différence et fera de vous “un/une jeune” qui va progresser rapidement.

2 – La proactivité

Poser des questions et “creuser” pour faire avancer les sujets et monter en compétences n’est pas suffisant. Vous devez également avoir de l’énergie et “être obsédé par la recherche de solution“. C’est ce que j’appelle être proactif: aller à l’encontre des problématiques avant qu’on vous dise de le faire, de manière automatique et autonome. Bien entendu, cela va dépendre des sujets mais l’idée est que vous fassiez les bons gestes, en faisant preuve d’anticipation.

Faites toujours un peu plus que ce qu’on vous a demandé. Ainsi, lorsque vous dresserez un bilan de votre travail à votre hiérarchie, vous présenterez modestement que les résultats obtenus sont non seulement en phase avec leurs attentes, mais aussi légèrement “au-dessus”.

En cultivant cet état d’esprit “d’en faire toujours un peu plus”, vous serez perçus comme une personne qui sait résoudre les problèmes et prendre des initiatives, une personne autonome.

Ce petit “+” peut se manifester de différentes façons: travail rendu en avance, sujet creusé un peu plus que prévu, découverte d’une autre problématique liée au sujet traité, excellent format de présentation…

3 – L’aisance sociale

On a beau dire ce qu’on veut, les relations humaines occupent une place prépondérante dans le monde de l’entreprise. Souvent, une personne moyenne dans son cœur de métier pourra s’en sortir si elle a d’excellentes capacités relationnelles et communicatives.

A mon sens, un débutant pourra également compenser son manque de connaissance du métier par une bonne aisance sociale. Cela signifie être à l’aise avec les autres, ne pas hésiter à prendre la parole (si c’est pour faire des commentaires constructifs, cela entrainera votre communication) et être avenant.

En bonus, je vous suggère aussi, dans la mesure du possible, d’intégrer l’humour dans vos relations avec vos collègues ! Le fait d’être très compétent dans votre métier et à côté de ça de “faire passer de bons moments” à vos collègues (dans le bon timing évidemment) fera de vous une personne charismatique.

Les personnes capables de manier le second degré sont admirées. Le fait d’alterner entre un état d’assurance durant votre travail et de dérision auprès de vos collègues dans les moments “détentes”, fera de vous une personne appréciée et respectée.

De ce que j’ai pu observer jusqu’à présent, les personnes qui ont de “l’impact”, de l’influence dans les services sont des personnes sachant faire preuve de self-control, qui savent ce qu’elles doivent faire et qui ont un excellent relationnel (ceci englobe l’humour). Tous ces éléments réunis confèrent à ces personnes un véritable charisme et font d’elles des “moteurs” pour l’entreprise.

A retenir

Retenez bien que être jeune n’est clairement pas un problème ! Bien au contraire. Vous devez vous considérer comme l’avenir du monde du travail ! Certes, à l’instant t, vous n’avez pas les épaules assez solides pour supporter certains postes… Et alors !? Vous allez les développer jusqu’à ce qu’elles le soient !

Votre seul objectif doit être de progresser, de vous développer personnellement et de vous mettre en permanence en condition “résolution de problème”.

Si vous avez des difficultés à interagir avec les gens, ne cherchez pas forcément à le cacher en entretien d’embauche mais démontrez simplement que vous compensez ce léger “-” par un gros “+”. Exemple : “Je ne suis pas la personne la plus à l’aise lorsqu’il s’agit d’échanger avec l’ensemble du service en réunion. Je préfère aller voir les gens les uns après les autres, ce qui me permet de créer une relation de proximité et d’être bien plus efficace dans ma collaboration professionnelle.”

Soyez au clair avec votre identité et avec vos défauts mais justifiez toujours comment vous faites pour compenser ce “handicap”. Cela montre que vous êtes conscient de vos “failles”, que vous êtes une personne proactive qui sait ce qu’elle doit faire pour justement remédier à cela et contrôler la situation, en exploitant ses forces et non en se concentrant sur ses faiblesses.

Tâchez donc de mettre en avant ces différentes qualités lors de vos candidatures et une fois en entreprise. En respectant ces principes, vous placerez le développement personnel au centre de votre vie, ce qui va accélérer de manière fulgurante votre ascension professionnelle. 😉

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 9
    Partages

1 Comment

  1. Elodie

    Merci pour cet article intéressant!
    Je te rejoins complètement sur les soft skills qui prennent de plus en plus d’ampleur au regard des recruteurs. On ne regarde désormais plus seulement les diplômes et l’expérience, mais tout l’écosystème personnel de la personne qui se présente à un poste.
    Cela passe par tout un tas de détails sur le CV. Une catégorie souvent banalisée est par exemple celle des hobbies, et pourtant! Je recommande de la soigner car elle en dit long sur votre personnalité.
    N’hésitez pas à y faire figurer des choses décalées qui n’avaient pas encore leur place il y a quelques années mais qui sont à présent de précieux renseignements.
    Par exemple: écrivain (j’écris mon premier roman), Gamer (jeux de gestion et de stratégie) ou encore tir sportif. Du dynamisme et de l’audace! Les entreprises adorent ça…
    Au plaisir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement "Devenez LA personne dont les entreprises ont besoin" :)