Menu Fermer

Mon defi 30 jours: 15) Comment faire face aux questions pièges

Souvent en entretien, alors qu’on se sent à l’aise et que tout semble aller pour le mieux, une simple question du recruteur peut subitement nous faire perdre tous nos moyens… Cela peut concerner une expérience de seulement quelques mois, un trou dans le CV, un congés maternité, un manque de compétences… Plusieurs sujets peuvent être tabous pour certaines personnes et malheureusement, cela peut avoir une influence vraiment négative sur leur confiance en eux durant l’entretien.

Ce qu’il faut savoir, c’est que vous devez avant tout vous sentir vous-même légitime pour le poste auquel vous postulez (pour cela faites un bilan personnel-professionnel pour bien vous connaître et être capable de juger si le poste visé vous correspond). Si c’est le cas, le recruteur aura beau essayer de vous piéger, votre confiance en vous constituera une force qui vous permettra de parer “ces attaques”. Winking smile Ce que je vous suggère, c’est de bien relire toutes les modalités du poste (emplacement géographique, expérience requise, compétences demandées, soft-skills nécessaires…) et de réfléchir aux éventuelles “failles” que peut avoir votre proposition de service vis à vis vis de ces paramètres-là. Notez tous ces éléments et entrainez vous à répondre aux potentielles objections les concernant. Ceci constitue une partie importante du travail préventif à réaliser.

Ensuite, afin d’éviter les questions qui vous effraient, prenez simplement les devants et justifiez vos failles durant votre pitch ! Et oui, encore une fois j’insiste sur la puissance que doit avoir votre pitch. C’est le “cluster” des leviers de votre proposition de service mais ce peut être également un bon moyen d’intégrer votre argumentation vis à vis de ces brèches.

Prenons l’exemple d’une maman ayant un trou de 4 ans dans son CV et qui souhaite reprendre le travail. Avant que la question piège ne tombe (car il y a 95% de chance qu’elle tombe), voici comment elle peut l’anticiper durant son pitch: “[…} Afin d’accélérer mon apprentissage (du poste), mes premiers pas opérationnels seront accompagnés d’une autoformation que je suivrais chaque soir après le travail. En effet, le fait d’apprendre en permanence est une de mes valeurs fondamentales. Voilà pourquoi j’ai souhaité consacrer 4 ans à inculquer à ma fille une éducation tournée vers l’apprentissage et le travail…[…]”.

De cette manière, vous retournez en quelque sorte la situation, vous prenez ce que le recruteur peux considérer comme une faille et en faites une force. Winking smile

Il y a également une autre manière de gérer les questions pièges: ayez plusieurs success story dans votre sac à outils ! Il s’agit comme son nom l’indique de vos réussites, que vous présentez de manière narrative. Ainsi, lorsque vous serez confrontés à une question piège, sélectionnez une de ses histoires comme support de réponse en la reliant au propos de la question.

Lorsque j’étais en entretien pour être ingénieur d’affaires, on m’a posé la question suivante: “Qu’est ce que c’est pour vous être malin ? Donnez moi une situation professionnelle et une situation personnelle au cours desquelles vous vous êtes montrés malin.” Au final, j’ai répondu simplement: “C’est une personne qui est capable de prendre du recul dans une situation peu évidente à appréhender et qui sélectionnera une solution calculatrice et judicieuse en fonction des données d’entrées qu’il a entre ses mains.”

Concernant la situation professionnelle, voici ce que j’ai répondu: “Durant mon stage en tant qu’ingénieur méthodes, j’ai suggéré de modifier un poste de travail pas du tout ergonomique. La plupart de mes collègues étaient sceptiques du fait de la faible adaptabilité de ce poste à l’instrumentation que je souhaitais mettre en place. Au final cela permit de multiplier par 1.5 environ le nombre de pièces qui sortaient par jour.”

Concernant la situation personnelle, j’ai simplement indiqué: “Pour obtenir cet entretien j’ai été malin, puisque j’étais à la base candidat pour un poste de consultant au sein de votre agence de Grenoble mais lors de l’entretien avec votre collègue, j’ai éprouvé l’envie d’être à sa place. Je lui ai donc posé quelques questions sur son poste en lui suggérant que celui-ci m’intéressait et en lui montrant durant l’entretien que j’avais les qualités pour l’occuper. Sachant que votre société est une start-up et que vous cherchez à recruter, je savais que mon approche le pousserait à vous transmettre mon nom. Cela vous a amené à me contacter et me permet de me trouver aujourd’hui face à vous…”

Dites vous que la réponse directe importe peu, c’est la justification qui prime. Cela nous ramène au premier point qui consiste à bien identifier les dimensions essentielles du poste et à les croiser avec votre proposition de service pour prendre conscience de ses failles et préparer des parades à celles-ci. Winking smile

Il y a également une chose importante à prendre en compte, une chose qui nous amène souvent à nous braquer: c’est l’égo ! Quand on nous pose une question qui fâchent, on peut se sentir offensé et touché dans son orgueil. C’est normal, c’est totalement humain. Mais malheureusement, dans un entretien d’embauche comme dans le monde professionnel, il n’est pas du tout de bon ton de trop prendre les choses à cœur… Cela ne fera que vous frustrer et montrer votre vulnérabilité aux autres. Face au recruteur ou dans votre travail, cherchez donc à rester le plus neutre possible. Engagez vous et donnez vous à fond mais essayez de vous détacher du résultat: de la sorte, vous serez plus résilient et vous éviterez de tomber dans une sorte de démotivation chronique.

Pour les questions pièges, même si celle-ci vous paraissent totalement hors de propos, ne vous braquez pas! Dites vous: ‘”OK, il cherche à me tester, à me faire perdre mes moyens. C’est maintenant que je vais lui montrer que je suis fort mentalement et que ça ne m’atteint pas. Je suis fier de mon parcours et je vais le défendre !” Soyez conscient de la valeur de votre proposition de service et défendez-là ! Smile

N’oubliez pas que tout se joue dans votre tête et que les points les plus importants sont:

– Bien étudier l’offre d’emploi et la croiser avec votre proposition de service afin de déterminer les “failles” de cette dernière vis à vis de l’offre.

– Agir en conséquence en préparant les réponses aux questions qui vous effraient le plus, en ajustant votre pitch et en ayant en tête plusieurs success story qui vous permettront de vous défendre

– Mettre votre égo de côté et vous persuader de votre légitimité vis à vis du poste

En prenant en compte tous ces éléments, rien ne vous arrêtera ! Winking smile

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 14
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement "Devenez LA personne dont les entreprises ont besoin" :)