skip to Main Content
Les Questions Pièges En Entretien : Comment Y Répondre ?

Les Questions Pièges en Entretien : comment y répondre ?

Dans cet article, nous allons nous attaquer à l’un des sujets les plus redoutés par les jeunes candidats qui ont peu d’expérience : les questions pièges en entretien. En effet, les questions en entretien qui concernent ce que j’appelle les “failles de sa candidature” (c’est à dire ce que le recruteur considère comme des points faibles dans ton parcours par rapport au poste que tu vises) sont parmi les éléments les plus mal gérés par les candidats. Ils donnent les mauvaises réponses, ils se braquent, parfois ils restent muets… Bref, c’est souvent la cata’ et malheureusement, une réaction négative à ce type d'”attaque”, ou une non réaction c’est la même chose, constitue un véritable handicap dans ta quête pour le job…

Pourtant, lorsqu’on a saisi la méthode, répondre aux questions pièges en entretien n’est pas si difficile… C’est même plutôt simple en fait. Et qui plus est, tu peux marquer énormément de points si tu réponds correctement. Oui tu as bien lu. Après la lecture cet article, non seulement tu ne subiras plus les questions pièges en entretien mais en plus de cela, les réponses que tu seras capable de donner au recruteur te propulseront dans la case “candidat 5 étoiles”.

Pourquoi poser des questions pièges en entretien

Avant tout, il est important de comprendre pourquoi les recruteurs posent des questions pièges en entretien d’embauche.

Cela te permettra de mieux cerner leurs motivations et ainsi de délivrer des réponses pertinentes par rapport à leurs objectifs à travers ce type de “test”.

Déjà, je vais te révéler quelque chose qui risque de te rassurer…

Les questions en entretien ne sont pas là pour remettre en cause ton profil !

En réalité, si le recruteur ne te jugeait pas assez expérimenté, diplômé ou qualifié, il ne t’aurait pas convoqué en entretien.

Et oui !

A travers ses questions en entretien, il cherche simplement à évaluer plusieurs éléments :

  • Il va effectivement tenter de se rassurer concernant les interrogations qu’il peut avoir sur ton CV (même si ton profil est validé, cela ne signifie pas que ta candidature n’a aucun point faible).
  • Il va observer tes réactions lorsque tu es mis en difficultés.
  • Via les questions très pointus, Il cherche à départager plusieurs candidats qui l’ont séduit (ce qui est bon signe pour toi : tu lui as donc taper dans l’œil).

Voyons maintenant ce que tu peux faire pour te préparer au mieux à ces questions pièges et ainsi garder les nerfs solides lorsque cela arrivera !

Répondre aux questions pièges en entretien : 1) Etudier l’offre d’emploi

La première chose à faire pour éviter de passer pour un touriste lorsque le recruteur te testera, c’est bien entendu d’avoir analysé l’offre d’emploi au préalable.

Relis l’ensemble des modalités du poste :

  • Emplacement géographique
  • Niveau d’expérience requis
  • Compétences demandées
  • Qualités humaines nécessaires

Ensuite pose toi la question suivante : “Au vu de ces éléments, qu’est-ce qui, dans mon parcours et mon CV pourrait me pénaliser et m’empêcher d’être vu comme le candidat idéal pour ce poste ?”

Voici quelques exemples :

  • Le poste demande 2 ans d’expérience et toi tu n’as réalisé qu’un stage de 6 mois.
  • Le poste exige un excellent niveau d’anglais et tu n’as obtenu qu’un score moyen à une certification en langue (TOEIC, TOEFL…).

Toutefois, comme je te l’ai précisé ci-dessus, tu ne dois pas stresser outre-mesure pour les questions pièges qui concernent ton parcours puisque tu as été convoqué en entretien, autrement dit, ton profil correspond.

Ensuite, interroge-toi sur les questions techniques poussés, c’est à dire les potentielles questions liées à ton cœur de métier, que le recruteur pourrait être amené à te poser.

Il peut s’agir par exemple d’étude de cas : “Que feriez-vous dans telle ou telle situation ?”.

Tu ne peux bien entendu pas prévoir à l’avance la question exacte mais toutefois, en ayant parfaitement compris ce qui est demandé pour le job (par l’analyse de l’offre d’emploi), tu auras de grandes chances d’être pertinent dans ta réponse.

Enfin, interroge toi sur tes défauts et demande toi quelles “questions vaches” le recruteur pourrait te poser.

Si par exemple, tu as tendance à parler assez lentement et que le recruteur, pour te tester, te demande “si tu es aussi lent dans ton travail ?”, tu dois être capable d’apporter une réponse pertinente et ne surtout pas paniquer ou le prendre pour toi.

C’est le jeu. Il te teste.

Voyons maintenant le type de réaction qu’il faut avoir en cas de questions pièges, afin de marquer des points aux yeux du recruteur.

Répondre aux questions pièges en entretien : 2) Préparer des tours de magie

Ici, nous allons voir comment préparer ce que j’aime appeler “des tours de magie” en entretien.

Les Questions Pièges en Entretien : comment y répondre ?

Bon on ne va pas aller jusqu’à concurrencer le cirque du soleil hein, il s’agit simplement de partir d’une situation inconfortable (en l’occurrence l’état dans lequel tu te trouves juste après qu’un recruteur t’ait posé une question piège) et de la retourner à ton avantage pour marquer des points dans la quête du job que tu vises.

Mais finalement, assez peu de candidats, notamment les débutants, savent faire ce genre de numéro.

Et pourtant ce n’est pas si compliqué si tu as bien suivi la partie précédente, analysé l’offre d’emploi et ainsi compris ce qui était demandé pour le poste.

Maintenant que tu as ainsi mis en lumière les éléments de ton parcours et tes traits de caractères pouvant te pénaliser dans ta candidature, tu vas devoir préparer des réponses pertinentes pour chaque élément que tu as identifié comme potentiellement “glissant”.

Voici d’abord ce que je te conseille de faire… Au moment d’évoquer l’un de tes défauts, tu vas répondre de manière à démontrer une qualité de manière totalement naturelle !

Et en plus sans donner l’impression de te vendre !

Et ce qui est super avec cette méthode, c’est que le recruteur ne t’a pas demandé quelles étaient tes qualités… Il a seulement évoqué tes défauts… Autrement dit, lorsque tu vas lui démontrer ta valeur, il va tomber des nues.

Trop beau pour être vrai ?

Laisse-moi te donner un exemple.

Si tu as une mauvaise mémoire et qu’il te le fait remarquer durant l’entretien (si par exemple il a évoqué un sujet au début de l’entretien et qu’à la fin, tu ne parviens plus à t’en rappeler) : “Vous n’avez pas l’air d’avoir une très bonne mémoire Monsieur/Madame…”.

[Aïe, Aïe, Aïe…].

Voici la réponse “tour de magie” :

“Oui c’est vrai mais par conséquent, je note absolument tout sur mon téléphone ! J’ai mis en place plusieurs systèmes d’organisation me permettant d’accéder aux informations le plus rapidement possible [Pour donner du factuel, tu peux sortir ton téléphone et lui montrer rapidement tes méthodes d’organisation, une application de prise de notes …].

L’avantage de cette méthode, c’est que le risque humain (c’est à dire l’oubli) n’existe plus, tout est consigné et classé. De cette manière, l’accès aux informations importantes est beaucoup plus sécurisé !”

Regarde bien.

Ici, à aucun moment tu ne prétends : “je suis quelqu’un d’organisé et de méthodique”.

Et pourtant c’est ce que tu viens de démontrer au recruteur…

C’est la beauté de cette méthode.

Tu ne donnes pas l’impression de te vendre et pourtant tu démontres une qualité, qui plus est à travers des exemples concrets.

Cela rend l’argumentation deux fois plus percutante…

Répondre aux questions pièges en entretien : 3) Les success stories

Une autre excellente manière de répondre à une question piège, c’est d’utiliser ce qu’on appelle une “success story”.

Il s’agit comme son nom l’indique d’une histoire présentant l’une de tes réussites (personnelles ou professionnelles), exposée de manière narrative.

Bien évidemment, cette histoire doit être reliée au propos de la question.

Les Questions Pièges en Entretien : comment y répondre ?

Et là peut-être que tu te dis : “Ok cool Adrien mais moi j’ai peu d’expérience, je n’ai pas vraiment connu de succès dans ma carrière…”.

Et là je n’ai qu’une chose à te dire… Creuse-toi les méninges parce que tu as forcément rencontré de la réussite d’une quelconque manière à travers ton parcours (professionnel comme personnel d’ailleurs) ! 😉

Il suffit d’être créatif.

Un bon exemple, lors de l’entretien que j’ai passé pour être ingénieur d’affaires, je n’avais connu qu’une expérience professionnel : un stage de 6 mois en industrie.

On m’a posé la question : “Qu’est ce que c’est pour vous être malin ? Donnez moi une situation professionnelle et une situation personnelle au cours desquelles vous vous êtes montrés malin.”

Question pas évidente. J’avais 22 ans, j’étais relativement inexpérimenté.

Au final, j’ai répondu simplement: “C’est une personne qui est capable de prendre du recul dans une situation peu évidente à appréhender et qui sélectionnera une solution judicieuse en fonction des données d’entrées qu’il a entre ses mains.” [Grosso modo hein, je ne m’en rappelle plus au mot près]

Concernant la situation professionnelle, voici ce que j’ai répondu: “Durant mon stage en tant qu’ingénieur méthodes, j’ai suggéré de modifier un poste de travail pas du tout ergonomique. La plupart de mes collègues étaient sceptiques du fait de la faible adaptabilité de ce poste à l’instrumentation que je souhaitais mettre en place. Au final cela permit de multiplier par 1.5 environ le nombre de pièces qui sortaient par jour.”

Concernant la situation personnelle, j’ai simplement indiqué: “Pour obtenir cet entretien j’ai été malin, puisque j’étais à la base candidat pour un poste de consultant au sein de votre agence de Grenoble mais lors de l’entretien avec votre collègue, j’ai éprouvé l’envie d’être à sa place. Je lui ai donc posé quelques questions sur son poste en lui suggérant que celui-ci m’intéressait et en lui montrant durant l’entretien que j’avais les qualités pour l’occuper. Sachant que votre société est une start-up et que vous cherchez à recruter, je savais que mon approche le pousserait à vous transmettre mon nom. Cela vous a amené à me contacter et me permet de me trouver aujourd’hui face à vous…”

Evidemment, j’ai enjolivé un peu le tout !

Mais c’est le jeu, il faut savoir se montrer malin.

Parce que crois moi, avec “la tchatche” on s’en sort toujours !

Et c’est tout à fait possible pour toi aussi, je n’ai rien d’exceptionnel ou de particulier, je n’ai juste pas hésité à me vendre comme un bourrin.

Parce que lorsqu’on veut décrocher un job c’est ça : il ne faut pas avoir de remords à se mettre en avant de manière “agressive” (sans tomber non plus dans l’arrogance, c’est tout l’art de la chose).

En recherche d’emploi, la concurrence est tellement grande que si tu souhaites faire partie du haut du panier, tu dois mettre toutes les chances de ton côté.

Au final, ce que je souhaite que tu retiennes de cet article, ce sont les éléments suivants :

  • Ne prends pas les questions pièges de manières personnelles. L’entretien d’embauche est un jeu psychologique et il faut savoir mettre son égo de côté si tu veux gagner.
  • Le recruteur a déjà validé ton profil en te convoquant en entretien donc ne considère pas les questions pièges comme des catastrophes.
  • Analyse l’offre d’emploi avant l’entretien afin d’identifier les potentielles questions pièges.
  • Utilise “des tours de magie” et des success stories comme réponses à ces questions pièges.
  • Garde en tête que si tu es toi-même persuadé d’être le candidat idéal pour le poste, il y a de grandes chances que cela se traduise dans ton attitude lors de l’entretien.

Maintenant, si tu souhaites travailler tes compétences en communication et améliorer ta confiance en toi pour ne plus subir, ni les questions pièges, ni le stress lors des entretiens, je t’invite à découvrir la formation GRATUITE “Vitamine : 7 jours de conseils gratuits pour faire décoller ta recherche d’emploi”.

Découvre la page de présentation de cette formation entièrement offerte en cliquant ici.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top